Aller au contenu

Ekiden 36 : l’ASPTT Sports Nature double le plaisir

  •  
Les relais mixtes et féminins de l’ASPTT Châteauroux, sports de nature, ont réalisé un doublé qui fera date © Photo NR

Gérald Fortuit ne boudait pas son plaisir hier à l’heure de la cérémonie protocolaire. « On réalise le doublé équipe mixte et équipe féminine. C’était l’objectif avoué du club mais c’était loin d’être gagné par avance », note le manager sportif de l’ASPTT Sports Nature.
Car si l’équipe féminine a pris l’habitude de remporter l’Ekiden dans sa catégorie depuis la création du club castelroussin, le titre échappait depuis deux éditions au relais mixte. « Il y a deux ans, on perd pour vingt secondes », rappelle Fortuit. Alors pour cette édition 2021 et conjurer le mauvais sort, le sorcier berrichon avait choisi de composer une équipe mixte. Au propre comme au figuré.
Comprenez par là une équipe composée de jeunes coureurs et de coureurs plus expérimentés comme l’inoxydable Valérie Galand. Marine Caron était la première à partir et plaçait directement son équipe sur orbite avant qu’Alexandre Godeau n’en rajoute une couche sur le 10 km. Dans le top cinq au scratch après ces deux premiers relais, Valérie Galand maintenait l’allure sur une distance pas très habituelle pour elle, le 5 km, et passait le témoin dans les meilleurs conditions possibles au jeune Léo Soares. Le gamin qui courait pour la première fois un 10 « kilos » consolidait la place de son équipe et permettait à Jade Lavie de s’élancer pleine bille avant qu’Aurélien Guy n’enfonce le clou. À l’arrivée, le relais mixte de l’ASPTT boucle les 42,195 kilomètres en 2h39’51, un temps qui les place au pied du podium, à une minute seulement des jeunes coureurs de fond déolois.
C’est dire si les protégés de Gérald Fortuit ont réalisé une sacrée performance. « Une équipe mixte qui termine à la quatrième place de l’Ekiden, je ne suis pas certain que ce soit déjà arrivé », conclut Gérald Fortuit. Quant à son équipe féminine, elle a survolé elle aussi sa catégorie. En 2h46’50, elles se sont imposées. Loin, très loin devant les gazelles vineuilloises (70es). Mais le plus fort dans l’histoire, c’est que si coach Fortuit avait composé sa meilleure équipe possible, il avait cependant tenu à préserver certaines de ses filles.
« Eva (Coutant) et Mylène (Proust) sont des spécialistes des 10 km. Elles valent 36 minutes sur cette distance. Mais comme elles vont participer la semaine aux championnats de France de cross, je ne voulais pas les cramer », termine Fortuit. Autant dire que cette équipe, même rajeunie pour l’occasion, avait le potentiel pour claquer un chrono du tonnerre.

Hervé JUBIEN Correspondant NR